24/04/2015 Lens : les lycéens donnent leur avis sur le Réseau Express Grand Lille

dimanche 26 avril 2015
par  cpe
popularité : 1%

Article La Voix du Nord - Lens
Durant deux heures, les jeunes du lycée Auguste-Béhal ont été consultés au sujet de la ligne ferroviaire qui relierait la métropole à l’ex-bassin minier. Ce projet qui verrait le jour vers les années 2025 à 2030 permettrait de désengorger l’A1. Et il favoriserait la mobilité des étudiants et des salariés vers Lille.

Relier Lens à Tourcoing en 48 minutes, se rendre à Lille ou à Hénin-Beaumont sans la hantise des bouchons... C’est ce que proposent les élus de la Région d’ici dix à quinze ans, si la faisabilité de ce projet estimé à 2,1 milliards d’euros est avérée.

Dans d’autres villes, la population a déjà été invitée à évoquer le sujet ; à Lens, avant le grand public, ce sont les lycéens de Béhal qui ont été consultés ce mercredi. Christophe Voineau, secrétaire de la commission du débat public vouée à ce Réseau Express Grand Lille, leur a donné la parole.

Cette sorte de RER qui, à terme, faciliterait les déplacements entre Armentières, Lille et Courtrai au nord et Arras et Cambrai au sud a suscité un débat intéressant chez les jeunes. Comme le pressentait Valérie Probst, conseillère principale d’éducation du lycée, « il est cependant difficile de faire changer les mentalités ». Les réflexions des lycéens, très sensées, le montrent. Du genre : « Cela va influer sur les impôts, qui vont augmenter. Quel sera le prix du billet et du parking dans les gares ? » Ou encore : « Avec toutes ces grèves, les gens ne continueront-ils pas à préférer la voiture pour arriver à l’heure ? » Certains pensent à la sécurité : « Embauchera-t-on des agents pour éviter les agressions ?

PNG - 367.4 ko

UN GAIN DE TEMPS RÉEL ?

Les jeunes se sont montrés sceptiques quant au gain de temps. « Aujourd’hui, j’apprécie d’avoir mon permis de conduire, lance une lycéenne. Pour rentrer du lycée, je mets dix minutes en voiture contre une heure et demie en bus. » Une remarque confirmée par les éducateurs. Un autre élève acquiesce : « Je viens de Lille. Par le train passant par Don, le matin j’arrive trois quarts d’heure avant mes cours... Alors je prends la voiture pour être juste à l’heure ! »

Les animateurs de ces réunions n’ont pas pour vocation de donner des réponses précises, mais des pistes sur des thèmes globaux. Ensuite, ils feront remonter les remarques à la Région, maître d’ouvrage du projet. « En optant pour le ferroviaire, on lutte efficacement contre la pollution », note l’intervenant Assad Ferguene. « Ce réseau serait un choix pour l’individu mais surtout pour la société dans son ensemble, fait observer M. Voineau. Un exemple : si vous n’utilisez pas régulièrement ce réseau, des médecins l’emprunteront pour se rendre à Lille et un jour ou l’autre l’un d’eux vous sauvera peut-être la vie. » Le silence qui emplit la salle en dit long sur l’argument...

On le sait, les lycéens de la région lensoise sont peu mobiles. Mais il suffirait que la conjoncture estudiantine ou économique évolue pour qu’ils le deviennent. Et là, le Réseau Express Grand Lille prendrait tout son sens.

PNG - 257.3 ko

Le débat mené par une commission indépendante

Afin de rester neutre sur le sujet, la Région a mandaté la Commission nationale de débat public, totalement indépendante. Pour ce Réseau Express Grand Lille a été créée une commission particulière composée de six citoyens n’ayant aucun lien avec le Conseil régional, dont Assad Ferguene, venu au lycée Béhal.

POURQUOI CE RÉSEAU EXPRESS ?

Sans donner son avis sur le fond du projet, la commission anime les débats auprès des Chambres de commerce, des usagers des transports et, ici, des lycéens. Elle recueille les avis et les questions puis publie son compte rendu.

La Région souhaite « accroître la part du transport collectif et du train en particulier, réduire les encombrements routiers, donner aux voyageurs un service plus fréquent, plus rapide, et relier les pôles urbains pour favoriser l’économie et l’emploi ». Pour cela est envisagé un tronçon central entre la gare de Lille-Flandres et Hénin-Beaumont, des branches vers Roubaix, Tourcoing et Courtrai d’un côté, Armentières de l’autre ; une connexion vers Lens et une autre vers Douai et Arras.

Par Frederic Camus
( Article original )


Commentaires

Calendrier

mai 2018 :

Rien pour ce mois

avril 2018 | juin 2018



flux rss Il n'y a pas d'événement à venir enregistré