23/05/2015 Louvre-Lens : l’œuvre de lycéens de Béhal bientôt au musée !

samedi 23 mai 2015
par  cpe
popularité : 6%

La Voix du Nord- Edition Lens

C’est une pièce hors normes que va accueillir le Louvre-Lens à partir de juillet. En bois principalement, de plusieurs mètres d’envergure, elle a surtout la singularité d’être l’œuvre de lycéens lensois. Une première, qui sera au centre de l’exposition sur les Métamorphoses d’Ovide au Pavillon de verre.

JPEG - 29 ko

Pour les particuliers ou encore les mairies, les lycéens en bac pro à Béhal sont rompus aux chantiers-écoles. Concrètement, les élèves de la filière bois peuvent fabriquer sur commande. Sauna, balustrade… : ils se font la main sur des réalisations concrètes qui seront ensuite utilisées.

JPEG - 36.5 ko

Ces derniers mois, c’est pour un « client » et sur un projet hors normes que planchent une trentaine d’élèves. Teddy, Florent ou encore Ludovic notamment ont réalisé l’estrade qui accueillera une gigantesque toile d’araignée – également une réalisation-maison – qui rejoindra le Pavillon de verre du Louvre-Lens, en juillet. Dans l’exécution, cela diffère des marionnettes et autres abris de jardins qu’ils ont déjà façonnés. Notamment par rapport au cahier des charges de cette structure qui sera exposée dans un lieu public.

DES « PRIVILÉGIÉS »
« Il y a la note qu’on va avoir aussi… Les adolescents peinent encore pour certains à réaliser qu’ils seront exposés dans un musée de renommée internationale. Mais forcément, là, c’est un chantier un peu différent. On essaye de ne pas penser à la pression. »

JPEG - 47.1 ko

Dans un couloir voisin, les élèves de Création et culture design, les élèves de seconde qui ont conçu ce dispositif (lire ci-dessous) savourent ce qui sonne comme une consécration précoce. « On n’imagine pas quand on est encore à l’école que l’on peut participer à quelque chose comme ça. » Ludovic Demathieu, médiateur chargé des actions éducatives au Louvre-Lens et qui a fait le lien entre le musée et l’école, le sait d’autant mieux qu’il a suivi les mêmes études. « Au départ, on était un peu excité de travailler pour le Louvre, confie Valentin. Et puis on s’est mis dedans et c’est allé tout seul. » Non sans se sentir « privilégiés », rapporte Cathy.
Ici, le travail a débuté à la fin de l’an passé. Le professeur et designer indépendant Julien Kieffer a joué les managers pour laisser la place à la créativité de ses élèves. Là encore, il y a un cahier des charges. Le dispositif ne doit pas toucher le sol, peut être fixé au plafond et aux colonnes mais sans y laisser de traces… En étudiant les toiles d’araignée telles qu’elles existent dans la nature puis à coups de crayons, de bout de cartons et de ficelles, un projet a finalement émergé. Pour un rêve vécu grandeur nature.

Du bois, des câbles et une inconnue

« J’avoue que je n’ai pas encore précisément d’idée moi-même de ce à quoi cela va ressembler », sourit Luc Piralla, conservateur de l’exposition sur les Métamorphoses d’Ovide, qui se tiendra au Pavillon de verre à partir de juillet. Et pour cause. Au centre des trois bulles qui composent l’espace d’exposition, c’est une immense toile d’araignée à laquelle pourront contribuer les visiteurs qui a été prévue pour justement les inciter à aller au-delà de la Galerie du Temps. Impossible donc, d’imaginer complètement comment seront disposés les fils de cette immense toile d’araignée, référence aux mythes d’Arachné, amenée à évoluer au fil du temps.

Une estrade, deux anneaux…

JPEG - 23.7 ko

Volonté de Bruno Gaudichon, en concertation avec son co-commissaire Luc Piralla, ce dispositif de médiation a été d’abord pensé par deux scénographes. Puis, en lien avec ces derniers, il a été conçu par les élèves de Création et culture design, une filière dont il n’existe que deux classes dans la région, une à Lens et une à Roubaix. « C’est une première que de faire participer des élèves à un projet opérationnel de cette ampleur », souligne Luc Piralla. Les élèves de bac pro ont fabriqué l’estrade (sorte de barrière invisible pour les visiteurs) et les deux anneaux de bois, pièces maîtresses entre lesquelles viendront s’entrelacer des câbles.

PAR PAULINE DROUET - PHOTO SEVERINE COURBE

Article web La Voix du Nord


Commentaires

Calendrier

février 2018 :

Rien pour ce mois

janvier 2018 | mars 2018



flux rss Il n'y a pas d'événement à venir enregistré