25/05/2018 La rectrice aux petits soins des lycéens de Béhal face à la machine Parcoursup

samedi 26 mai 2018
par  cpe
popularité : 11%

La Voix du Nord édition Lens - Hervé Naudot | 25/05/2018

« Ne vous inquiétez pas, ça va aller ! » Cette phrase, Valérie Cabuil, rectrice de l’académie de Lille depuis février, l’aura prononcée un certain nombre de fois en rendant visite, jeudi, aux candidats à la poursuite d’études dans le supérieur. Dans les méandres de Parcoursup, il y a du stress, de l’inquiétude. Quelques garde-fous pour rassurer, aussi.

JPEG - 101.5 ko

« Est-ce qu’il y en a parmi vous qui ont déjà eu ce qu’ils voulaient ? », interroge la rectrice aux élèves qu’elle rencontre. Les mains levées se font rares. La plupart sont sur liste ou se sont vu opposer un refus. La raison ? Filière sélective.

Un petit coup de stress supplémentaire alors qu’approche le bac. Du coup, la rectrice en personne vient expliquer. Et rassurer les troupes qui essuient les plâtres de la réforme. Pourquoi ici à Béhal ? Le lycée, qui accueille filières générale, professionnelle et technologique, présente des configurations et des profils très diversifiés. Quelque 300 élèves sont ici concernés par le dispositif Parcoursup.

La rectrice le martèle : personne ne restera sur le carreau : « À la fin, le recteur a autorité pour attribuer une affectation aux futurs étudiants », dit-elle. Une élève demande : « Il n’y aura pas de problème à la rentrée avec toutes les personnes en attente ? » « Non, c’est tous les ans comme ça. Des places se libèrent, c’est quelque chose d’habituel dans l’enseignement supérieur. » Les profs principaux ont un rôle encore plus important que d’habitude pour accompagner les élèves. Ils ont été formés pour cela depuis octobre. « Ils savent qu’ils pourront toujours me contacter cet été, pendant les vacances », sourit Julie Lesenne, prof de sciences et techniques médico-sociales (STMS).

Liste d’attente »
Léa ne peut s’empêcher de stresser. Elle veut suivre une filière en apprentissage et est pour l’heure sur liste d’attente pour le BTS de son choix. « Vingt-huitième à Lens, 25e à Tourcoing et 44e à Lille… » Encore un peu de patience.

Quant à sa voisine, Madison, qui souhaite pouvoir suivre un BTS SP3S (Services et prestations des secteurs sanitaire et social), elle constate qu’elle est passée de la 90e place à la 60e en moins de 24 heures. « On n’est qu’au début du processus, vous verrez que déjà la semaine prochaine, des places vont se libérer », assure Valérie Cabuil.

En attendant, jeudi après-midi, les services du rectorat indiquaient qu’un peu plus de 200 élèves s’étaient vu opposer un « non » à leur demande, la filière qu’ils avaient demandée étant considérée comme « sélective ».

Article original


Calendrier

août 2018 :

Rien pour ce mois

juillet 2018 | septembre 2018



flux rss Il n'y a pas d'événement à venir enregistré