07/09/2011 Le pari du lycée Béhal pour sa nouvelle proviseure atypique, Catherine Lambert

jeudi 8 septembre 2011
par  aszczerba
popularité : 19%

mercredi 07.09.2011, 05:14 - La Voix du Nord

Sa rentrée a presque été plus brutale que celle vécue cette semaine par les 800 élèves de son établissement. Nouveau lycée, nouvelle équipe, nouveau logement mais surtout nouvelle région : un radical changement d’environnement pour Catherine Lambert, nouvelle proviseure du lycée Béhal après le départ à la retraite de son prédécesseur Gilbert Corouge. Un changement choisi et assumé par cette quinqua militante, au parcours des plus hétéroclites.

JPEG - 17.2 ko

Après une visite du centre-ville lensois, Catherine Lambert a apprécié la découverte de Lille et d’Arras.

Ne cherchez pas le cartable, mais plutôt les valises... la dame arrive de l’autre extrémité de la France, de Miramas (entre Arles et Aix-en-Provence) où depuis 2007, elle était proviseure d’un lycée professionnel. Difficile de ne pas lui demander s’il y a eu un effet « Bienvenue chez les Ch’tis »... « Les gens sont très accueillants. Je pense que je vais me plaire à Lens même si j’ai déjà un peu froid. Je me suis préparée à la météo mais ce n’est pas là l’essentiel », plaisante la nouvelle proviseure. Ses capacités d’adaptation ne sont plus à démontrer si l’on en juge son parcours professionnel. Née en Normandie, la jeune fille d’hier s’oriente vers des études de psychologie à Rouen puis à Grenoble et devient psychologue dans un bureau d’études privé à Paris. Faisant la connaissance de son futur époux qui travaille alors à la DATAR, elle s’installe dans un petit village de montagne de l’Alpe d’Huez, pour lutter contre la désertification, n’hésite pas pour cela à suivre une formation en menuiserie ébénisterie. La jeune psychologue ouvre son propre atelier d’artisan spécialisé dans les meubles pour enfants. L’aventure dure deux ans avant d’être renouvelée dans la Drôme. Mais bientôt les opportunités la conduisent à Corte, en Corse où Catherine Lambert renoue avec ses premières amours, en enseignant la sociologie à des étudiants de troisième cycle de l’école d’architecture de Marseille.

Une âme de militante

Marseille où elle réussit le concours de conseillère d’orientation psychologue, qui lui offre son premier poste en 1988 à Cayenne (Guyane), avant de travailler durant cinq ans au service académique d’information et d’orientation sur l’île de La Réunion. Passant le concours de personnel de direction, elle revient en métropole en 2000 comme proviseur adjoint à Montceau-les-Mines. Puis demande une nouvelle mutation et part à Mayotte comme proviseur d’un lycée professionnel. Cette nomade de l’Éducation nationale revient en France en 2007 pour un poste à Miramas. Nouvelle demande de mutation l’an dernier : « J’ai demandé un lycée en zone difficile avec un profil plutôt industriel, auquel je pourrais apporter mon expérience, vu mon parcours.

 » Ce sera donc Béhal à Lens. « J’aime le lien avec le public défavorisé dont je suis moi-même issue. Je suis une fille d’ouvrier agricole et si je suis allée au collège, c’est grâce à mon institutrice qui a persuadé mes parents de me laisser poursuivre les études. » Appréciant le travail des enseignants en milieu difficile, particulièrement investis dans la réussite de leurs élèves, la nouvelle proviseure déclare suivre dans ce nouveau départ son fil conducteur depuis toujours : « la volonté militante de m’impliquer »

PAR MARIE LAGEDAMON

 


Commentaires

Calendrier



flux rss
 

A venir

  • Samedi 27 janvier 09:00-12:00
    Journée Post Bac 2018