04/05/2012 L’équipe pédagogique de Béhal maintient les cours de soutien pour ses lycéens

vendredi 4 mai 2012
par  aszczerba
popularité : 15%

vendredi 04.05.2012, 05:02 - La Voix du Nord

Le lycée Béhal de Lens a dispensé toute la semaine des cours de soutien aux élèves de seconde, première et terminale. L’établissement poursuit ainsi, sur ses moyens propres, le dispositif national « Réussir au lycée », qui s’est interrompu après trois ans d’expérimentation.

 

JPEG - 11 ko
Fixer le soutien scolaire pendant ces vacances permet de revenir sur tout le programme de l’année.

 

« Les trois dernières années, on apportait des cours de soutien à toutes les vacances scolaires, dans le cadre de "Réussir au lycée" , explique Catherine Lambert, la proviseure du lycée. Le dispositif n’a pas été prolongé, mais nous, on a décidé de le poursuivre.

 » Uniquement le matin et pendant la seconde semaine des vacances de Pâques, car les heures dispensées par les dix professeurs volontaires, sont payées avec les fonds propres de l’établissement.

Pour une cinquantaine de secondes, les cours ont été imposés par le dernier conseil de classe en date. « Il s’agit d’une remise à niveau pour passer en première. Le projet n’a accueilli aucune réticence des parents, ils sont conscients que c’est pour le bien de leurs enfants », expose Michèle Loison, proviseure adjointe, qui a organisé la semaine de soutien.

Du côté des élèves, cette obligation a été également acceptée. « Au début, je ne voulais pas trop. J’aurais dormi le matin et serais sortie avec mes amis l’après-midi, confie Cindy, qui a choisi des soutiens en anglais, mathématiques et histoire-géo. « Mais au final, c’est bien de revenir sur les choses qu’ont a oubliées. Je pense que je n’aurais pas réussi en première sans ces bases. Là, j’espère y arriver… » De la volonté, les élèves en ont. Comme les quinze BTS. Ou encore les cent cinquante lycéens de première et terminale, qui ont choisi de s’inscrire au soutien.

Mélissa, Hanane, Samya et Émilie vont passer le bac ST2S. « L’an dernier, le soutien nous a aidées pour le bac français. Là, on essaie de revoir nos points faibles. Et puis, comme on est en petit groupe, on comprend mieux ! » Hayet est elle, en terminale mercatique. Cette jeune fille de 20 ans a demandé du soutien en anglais de niveau seconde. « J’ai raté beaucoup de cours pour des raisons personnelles. Comme j’ai un assez bon niveau en langues, je viens affiner mes connaissances pour m’appuyer sur ce potentiel le jour de l’épreuve. » Le professeur d’anglais, Jean-Marc Lecurieux-Belfond, revoit avec eux les thèmes qu’ils aimeraient travailler. « L’année, les élèves me demandent des exercices supplémentaires pour progresser. J’ai vu là un appel à l’aide, et réalisé que le soutien était nécessaire.

D’autant que certains n’ont pas les moyens de travailler chez eux, ils n’ont pas l’Internet par exemple. » Les proviseure et proviseure-adjointe rebondissent : « 80 % de nos gamins sont de catégories socioprofessionnelles défavorisées. Les familles n’ont pas toutes les moyens de payer des cours individuels. Ce soutien est donc très important. » Elles espèrent trouver les fonds nécessaires pour maintenir l’opération les prochaines années. •

MÉLANIE DACHEVILLE

JPEG - 737.8 ko

Commentaires

Calendrier

août 2018 :

Rien pour ce mois

juillet 2018 | septembre 2018



flux rss Il n'y a pas d'événement à venir enregistré