20/02/2013 Une mare pédagogique au lycée Béhal : les cours de science se font au grand air

jeudi 28 février 2013
par  aszczerba
popularité : 13%

La Voix Du Nord du mercredi 20/02/2013

Bêches et pioches en main, la poignée d’élèves a sacrifié une journée de vacances pour revenir au lycée Béhal et creuser la terre. Et voir ainsi la concrétisation de la première étape d’un projet à long terme :

la création d’une mare pédagogique. Un laboratoire grandeur nature qui leur sera utile dans le cadre de leur cursus scolaire en bac pro hygiène et environnement.

JPEG - 18.7 ko

Hier, des élèves de la filière Bac Pro Hygiène Environnementétaient au travail, au lycée

 

La veille, l’intendant, Didier Gayant, avec les équipes du lycée, et le renfort du CPIE Chaîne des terrils et de Noeux environnement, avait préparé le chantier et creusé jusqu’à 1,20 m de profondeur dans la pelouse du lycée. Histoire que les jeunes n’aient que la partie la plus agréable à faire : poser la bâche géotextile, et la lester avec le sable avant la mise en eau. Si à coup sûr le jardin aura fière allure, les ambitions sont beaucoup plus larges. Car à terme, sera aménagée une mare pédagogique qui sera visible pour toutes les écoles qui le souhaitent et même les habitants des alentours.

L’idée initiale en revient à Marie Maréchal, professeur de biologie et technologie, qui a emmené ses élèves de seconde et terminale bac pro hygiène et environnement dans ce projet. « Nous sommes partis de zéro. L’objectif était de montrer comment la nature peut se débrouiller toute seule sans action de l’homme », situe l’enseignante. À savoir que dans un milieu humide peuvent vivre en parfaite harmonie la faune et la flore.

Mais avant de voir apparaître les premiers batraciens, et se développer les plantes aquatiques, les élèves ont d’abord dû plancher en classe. Ils nous confient avoir fait des recherches sur Internet pour connaître l’orientation idéale de la mare, sa profondeur, déterminer sa forme ronde puis allongée… « Pour la première mise en eau on va se brancher sur le réseau, mais pour la suite, les services techniques du lycée vont dévier une gouttière », précise Didier Gayant. Qui imagine très bien à quoi ressemblera le lieu au printemps. « Le long du grillage, où on a coupé des arbres, on va replanter un corridor biologique avec une double haie compacte, en lien avec l’opération Plantons le décor. On va aussi installer des ruches. Elles sont en cours de construction par des élèves. » Et puis il est prévu également de planter près de la voie en mode doux aménagée dans le cadre de l’ANRU. Tant d’actions en faveur de l’environnement qui s’expliquent par l’emprise foncière du lycée Béhal (neuf hectares) et surtout par l’élaboration, il y a quatre ans, de son agenda 21. « Nous avons voulu gérer l’établissement de manière éco-responsable. Alors, quand le conseil régional a lancé un appel à projets pour les établissements, nous avons répondu. » Ce qui a permis de bénéficier de financement : pour l’opération de plantation et d’aménagement de la mare, le coût de 3 000 E est financé à 70 % par la Région. Et d’autres actions suivront : « Nous avons en projet de favoriser les circuits courts de distribution pour l’alimentation et de faire entrer le bio à la cantine. Nous avons aussi choisi Noeux environnement, qui est une association d’insertion, pour le tri de nos déchets. Nous allons également nous rapprocher d’une entreprise pour recycler nos huiles de friture directement sur place grâce à des bactéries pour éviter le ramassage par camion. » Faut-il préciser encore que le site du lycée a été désigné lieu de refuge par la Ligue de protection des oiseaux (des nichoirs vont être posés) et qu’on applique sur tous les espaces verts la désormais bien connue gestion différenciée.

Mais le temps passe et il faut se remettre au travail. Tandis que les spécialistes du CPIE sortent le niveau laser pour calculer la pente idéale de la mare, à son extrémité, les élèves continuent de creuser et de ramasser les derniers cailloux. Au printemps, seront mises en place les plantes aquatiques qui auront chacune leur mission (oxygénation ou filtration de l’eau), toujours avec le renfort des jeunes. D’ici là, ils auront déjà vu leur mare bien évoluer et peut-être ses premiers habitants (batraciens, libellules…) la coloniser.

PAR EMMANUEL CRÉPELLE

JPEG - 1.3 Mo

Plus de photos sur le Facebook : cliquez

 


Commentaires

Calendrier

septembre 2017 :

Rien pour ce mois

août 2017 | octobre 2017



flux rss Il n'y a pas d'événement à venir enregistré